Docteur en histoire des cultures et chercheur au Gatestone Institute (New York), émigré aux USA pour des raisons de sécurité, Guy Millière est une figure emblématique des « néo-conservateurs » américains. Amis d’Israël, proches des milieux chrétiens et des valeurs chrétiennes, ils constituent une force politique importante. J’ai voulu avoir son point de vue sur la situation de son pays d’adoption et sur quelques points de politique internationale, à une époque où les prises de décision de Donald Trump sont tournées en dérision, occultant la réalité de son action. Non, il n’y a pas que du « mauvais » avec l’actuel président américain. Merci à l’écrivain et essayiste Guy Millière de nous le rappeler.

Q: Guy, peux-tu te présenter à nos lecteurs qui ne te connaissent pas encore. Que s’est-il passé pour que tu sois quasiment contraint d’émigrer aux USA ?

Mes écrits sur l’islam m’ont valu des menaces de mort.R: J’ai été professeur d’université, président d’un institut économique, conseiller politique. J’ai publié plus de quarante livres et des milliers d’articles. J’ai décidé de quitter la France car mes écrits sur l’islam m’ont valu des menaces de mort. J’ai voulu que ma famille vive librement et pouvoir écrire sans contraintes. Je passais chaque année plusieurs semaines aux Etats-Unis depuis plus de trente ans. Je n’ai aucun mal à choisir de m’y installer. Je ne regrette pas ma décision. Les Etats-Unis sont une terre de liberté qui n’a pas d’équivalents sur la surface de la terre. Ils sont et resteront, n’en déplaise à ceux qui détestent le pays, la première puissance économique, politique, militaire et culturelle de la planète. Ce qui se décide aux Etats-Unis a un impact sur le reste de la planète. Faire le travail qui est le mien aux Etats-Unis est pour moi une opportunité immense.

Q: On te présente souvent comme un chrétien et un ami d’Israël. En quoi crois-tu, et qui est Jésus pour toi?

Je suis du côté d’Israël, du côté de la tolérance et de la liberté.R: Je me définis comme agnostique: je sais que je ne sais pas si Dieu existe, mais toutes mes valeurs éthiques viennent du christianisme et, plus profondément du judaïsme, sans lequel le Christianisme n’aurait pas vu le jour. Jésus est à mes yeux un prédicateur juif. Ses disciples ont pensé que Jésus est ressuscité des morts et était le Fils de Dieu. Quatre d’entre eux ont écrit les évangiles, qui relatent la vie et l’oeuvre de Jésus. Paul de Tarse a écrit treize épîtres. Le Christianisme est né et s’est déployé planétairement. Il représente une force morale immense sur la planète aujourd’hui. Il est le principal fondement de la civilisation occidentale et de ce qu’elle a accompli de plus fécond. Le fondement du fondement est le judaïsme. Je trouve infiniment regrettable que pendant si longtemps, le Christianisme ait porté le discours définissant les Juifs comme un peuple déicide. Le Christianisme évangélique rejette ce discours et, globalement, reconnait aux Juifs leur place et leur statut, ce qui est très bien. Israël est le pays que les Juifs ont pu retrouver après deux millénaires. C’est un pays imprégné par les valeurs du judaïsme, et un pays que tout Chrétien devrait des lors profondément respecter. C’est un pays ou les Chrétiens ont une pleine et entière liberté de culte. C’est un pays qui n’occupe la terre de personne. Depuis la destruction des royaumes juifs anciens, la terre d’Israël a été conquise par divers empires, dont l’empire musulman, qui a été arabe, puis turc. Les Juifs ont fait refleurir le désert et redonné vie à des villes presque mortes, parmi lesquelles Jérusalem. Tous les Arabes qui vivaient sur la terre d’Israël ont pu continuer à y vivre. Certains sont partis parce que les chefs arabes musulmans leur ont demandé de partir le temps que les Juifs soient exterminés. Fort heureusement, l’extermination n’a pas eu lieu. L’islam n’a pas les vertus de tolérance du judaïsme et du christianisme et n’admet pas qu’un territoire conquis par l’islam puisse retrouver une souveraineté non musulmane. Israël doit donc se battre pour vivre. Je suis du côté d’Israël parce que je suis du côté des valeurs juives et chrétiennes et du côté de la tolérance et de la liberté. Je pense que l’islam est une force d’oppression à laquelle il faut résister. Cela concerne aussi l’Europe et le reste du monde. Que des Musulmans soient musulmans est leur droit. Que des Musulmans se comportent de manière intolérante, violente et destructrice fait d’eux un danger pour les autres, et ce danger doit être endigué, et, autant que possible, éradiqué.

Q: Parlons des USA et de Donald Trump. Son élection est-elle une bonne ou une mauvaise chose pour le pays ?

Trump ne s’est pas présenté par intérêt personnel. Il savait qu’il n’avait que des coups à prendre.R: C’est une excellente chose pour les Etats-Unis et pour le monde. Apres huit années de présidence Obama, les Etats-Unis allaient mal, bien plus mal qu’on ne le dit en Europe. Obama entendait abaisser les Etats-Unis et en faire une puissance de second rang. Il a attisé les tensions raciales en encourageant des mouvements gauchistes violents tels que Black Lives Matter. Des émeutes et des meurtres de policiers ont eu lieu. La pauvreté et le chômage réel ont monté en flèche. Sur un plan international, l’islam radical a gagné beaucoup de terrain. Trois pays autoritaires et délétères ont gagné du terrain aussi et ont pu monter en puissance: la Russie, la Chine, l’Iran des mollahs. Le chaos qui s’est installé en Syrie, puis en Libye, a ravi ces pays, et permis l’irruption des vagues de migrants qui créent le désordre en Europe. La dictature nord-coréenne est devenue un péril majeur. Donald Trump a dit qu’il a hérité d’un immense gâchis. C’est exact. Il s’est présenté parce qu’il était inquiet pour le futur, pas du tout par intérêt personnel, car il savait qu’il n’avait que des coups à prendre, et cela s’est révélé exact. Il tente de mener une entreprise de redressement intérieur et planétaire dans des conditions très difficiles. Il fait face à la rage de toute la gauche américaine, omniprésente dans les grands médias, car la gauche américaine comptait sur Hillary Clinton pour parachever la démolition. La gauche américaine veut tout faire pour que Trump ne puisse pas opérer le redressement. Il avance quand même. J’explique ce qu’il entend accomplir et ce qu’est sa stratégie dans mon dernier livre, La révolution Trump ne fait que commencer.

Q: Pourquoi le Monde entier a-t-il littéralement de la haine pour Donald Trump ? Et pourquoi a-t-il de la sympathie pour les Démocrates ?

Tous les amis de la liberté devraient se réjouir que Donald Trump soit Président.R: Trump a contre lui à l’échelle planétaire toutes les gauches de la terre, et comme dans nombre de pays, dont la France, la gauche représente plus de neuf journaliste sur dix, cela crée un effet de désinformation consternant. Trump a aussi contre lui les islamistes, et, aussi, les nationalistes d’extrême droite de nombre de pays d’Europe occidentale, qui sont systématiquement anti-américains. La haine anti-Trump des gens de gauche est logique: il veut des Etats-Unis qui retrouvent leur puissance, et il incarne le capitalisme américain et la primauté américaine sur la planète. La haine colportée par les journalistes de gauche est logique aussi pour les mêmes raisons. La haine des islamisés est très logique, car Trump est un ennemi de l’islam radical, et l’Etat Islamique vient d’ailleurs de tomber, grace aux forces spéciales américaines. La haine des nationalistes d’extrême droite montre que ces gens vivent dans le ressentiment. Qu’en raison de la haine colportée par les journalistes de gauche et de la désinformation qui résulte, tant de gens ne voient ni le mal qu’a fait Obama en huit ans, ni la stratégie de redressement de Donald Trump est consternant. Tous les amis de la liberté, des droits de l’être humain et de la démocratie devraient se réjouir que Donald Trump soit Président des Etats-Unis. Et ils devraient s’inquiéter de la frénésie gauchiste qui s’est emparée du parti Démocrate, et qui devient à proprement parler délirante. Ce n’est, hélas, pas le cas.

Q: La politique Proche et Moyen-Orientale des États-Unis va-t-elle changer ? Qu’a dit et fait Monsieur Trump à Riyad ?

A Riyad, Trump a demandé aux sunnites de ces- ser de financer l’islam radical.R: La politique américaine au Proche-Orient a radicalement changé. L’Etat Islamique est essentiellement détruit. Donald Trump soutient Israël, qu’Obama ne cessait d’incriminer. Il a dit explicitement à Mahmoud Abbas que tant que l’Autorité Palestinienne soutiendrait le terrorisme, les Etats-Unis ne pourraient considérer qu’elle est un interlocuteur avec qui parler. Donald Trump renforce les sanctions américaines contre l’Iran, qu’il considère comme l’ennemi principal dans la région. A Riyad, Donald Trump a commencé à mettre sur pied une alliance renouvelée entre les pays sunnites et les Etats-Unis aux fins d’endiguer l’Iran, mais il y a mis deux conditions précises: que les pays sunnites cessent de financer l’islam radical, et qu’ils se rapprochent d’Israël. Le Qatar résiste et est sous pression de l’Arabie Saoudite, de l’Egypte et des autres émirats. C’est une recomposition régionale qui se profile.

Q: Donc le monde a un nouveau « shérif » ? Ou les États-Unis vont-ils se replier sur eux-mêmes ?

Trump entend rendre le monde plus sûr pour ceux qui aspirent à la liberté.R: Non, il n’y aura pas de repli des Etats-Unis. Donald Trump n’a jamais été isolationniste, contrairement à ce que disent des gens mal informés. Il entend que les Etats-Unis redeviennent la puissance hégémonique. Il n’entend pas mener des guerres pour recomposer des régions entières ou pour imposer des changements de régime dans des pays qui ne se conduisent pas en ennemis : ce n’est pas un néo-conservateur. Il entend soutenir les amis des Etats-Unis et punir leurs ennemis. Il entend rendre le monde plus sûr pour les pays démocratiques et ceux qui aspirent à la liberté, et bien moins sûr pour ceux qui veulent nuire à la liberté des autres.

Q: Tu en es parti mais je sais que tu continues de la regarder du coin de l’oeil… Que penses-tu de l’état de la France et de son avenir à court et moyen terme, toi qui n’es pas un grand fan du multiculturalisme…

Toutes les cultures ne sont pas propices à la liberté.R: Je dois dire que je suis inquiet pour l’avenir de la France, et pour celui de l’Europe en général. En France, l’économie est asthénique. Le chômage et la pauvreté sont élevés. Je ne suis pas du tout certain que Macron sortira le pays de la sclérose. Il faudrait des mesures drastiques que nul dirigeant politique n’osera prendre. L’Europe occidentale est asphyxiée par l’euro tel qu’il a été mis en place, et l’Allemagne est une puissance dominante qui est le fer de lance de mesures écologiques vaines qui renforcent l’asphyxie. Démographiquement, les populations européennes vieillissent et s’islamisent. Les identités occidentales se délitent. Le multiculturalisme est une proposition inepte qui suppose que toutes les cultures se valent et que l’islam est soluble dans les états de droit et les démocraties, ce qui n’est pas le cas. Toutes les cultures ne sont pas propices au développement économique et au respect de la liberté de parler, de penser et d’entreprendre. L’islam n’est pas compatible avec l’égalité de droit entre êtres humains et avec la démocratie. L’histoire et la réalité du monde le montrent. Les dirigeants européens pratiquent l’aveuglement volontaire et sont désormais otages des risques d’émeutes et de terrorisme.

Et vous, qu'en pensez-vous ?