La violence sexuelle contre les enfants est un sujet tabou. Le cas de cette petite fille, qui avait onze ans à l’époque des faits, défraye la chronique cette semaine et ce qui fait débat c’est la question de son consentement. Incroyable justice à la française.

Portée devant le Tribunal de Pontoise, cette affaire concernerait un homme de 28 ans qui estime que la fillette aurait été consentante. “En état de sidération”, elle aurait suivi l’homme et “accepté” un rapport sexuel. Nous nageons en plein délire : toutes les victimes de viol sont en état de sidération. Qu’elles aient 11 ans ou 45 ans : les victimes sont TOUTES dans la totale incapacité momentanée de résister à leur agresseur. C’est un fait. Et cette affaire manifeste de façon claire les failles de la Justice, dans lesquelles s’engouffrent allègrement tous les prédateurs sexuels.

Tout d’abord c’est l’existence des affaires qui est effroyablement minimisée : il n’existe pas de statistiques officielles montrant l’ampleur du fléau. Et ce n’est pas l’affaire d’Outreau qui va nous réconcilier avec la justice : rappelons que si la majorité des accusés a été acquittée, 12 enfants ont été reconnus VICTIMES de viols en réunion, d’actes de barbarie et de prostitution. Après leur calvaire, ils ont vécu une autre humiliation, sans que là aussi on leur rende justice : patienter de longues heures dans des tribunaux angoissants, subir le harcèlement de questions de DIZAINES d’avocats. Une épreuve supplémentaire, pendant que les coupables courent toujours.

20% de la population aurait été victime de prédateurs sexuels dans l’enfanceCar personne ne saura, à en croire la justice, ce qui s’est passé. Ces enfants se sont prostitués tous seuls et ils n’avaient pas de “clients”. La France se porte bien : selon des statistiques officielles du ministère de la justice en 2015, ce sont 57 prédateurs sexuels d’enfants qui sont incarcérés. Seulement. Pourtant, d’après le Dr Murielle Salmona, une pédopsychiatre qui préside une association de défense des victimes, 154,000 enfants (de moins de 15 ans donc) seraient victimes de pédophiles en France chaque année. 20% de la population aurait subi les outrages d’un prédateur sexuel dans l’enfance.

Les chiffres sont pires que tout ce qu’on pourrait imaginer. Cela nous montre qu’il faut urgemment redoubler de surveillance et prier pour la protection de nos enfants. Le Dr Salmona estime que seulement 10% des enfants victimes parlent. Et lorsqu’ils parlent et que les parents déposent plainte, 80% de ces plaintes sont classées sans suite. Cette affaire requalifiée à Pontoise en “viol” est une victoire pour les victimes. Il est en effet vital pour elles de PARLER car, explique le Dr Salmona, le viol conduit l’enfant à s’enfermer dans un phénomène d’amnésie traumatique. Et lorsqu’il revient à la réalité, 10 ans, voire 20 ans ou même 30 ans plus tard, c’est l’implosion assurée et la fuite en avant dans l’horreur. En voici un témoignage effroyable, un parmi tant d’autres. Dans l’indifférence générale ?

(cet article a fait l’objet d’une chronique radio sur Phare FM le vendredi 16 février 2018)

Et vous, qu'en pensez-vous ?