Le mouvement La Dernière Réforme (The Last Reformation) a sûrement déjà fait l’objet d’articles, de vidéos et, comme c’est mon cas, de critiques. Pour rappel, ce mouvement a vu le jour en 2011 par un homme, Torben Sondergaard, danois d’origine, convaincu que nous sommes dans la fin des temps et que la vie du chrétien telle que décrite dans les évangiles doit être toujours d’actualité[1]. Cette vie du disciple-type comprend entre autres : miracles, guérisons, chasse aux mauvais esprits et démons, prêche de l’évangile et baptême d’eau comme point de départ du salut (quid de la grâce et de la foi qui sauve.. ?). Si en apparence on ne trouve rien à reprocher à l’initiative ni aux fruits qu’elle peut porter, ce mouvement peut laisser un goût amer à certains chrétiens attiédis, aux pauvres chrétiens lambdas en recherche de plus de vie et aux gens de l’extérieur qui ont à cœur de découvrir le sens de leur vie.

On peut trouver une multitude de vidéos et témoignages, ainsi que des films très aboutis, sur le site officiel du mouvement et sur YouTube[2]. Ces vidéos sont pour la plupart des plaidoyers exemplaires du mouvement dont chaque détail n’est pas laissé au hasard : mise en scène émouvante et musique grandiose, close-ups sur les gens concernés avec un attrait particulier pour les miracles et les jambes qui repoussent, témoignages avant/après le contact du disciple, parcours guidé dans les rues caméra au poing etc. Si l’on peut déjà être sceptique sur certains aspects de ces vidéos, il est clair que de toute façon ce que l’on nous montre sont des morceaux choisis et éventuellement embellis pour les besoin de la cause. Loin de douter de l’authenticité et de la véracité de certaines délivrances et guérisons, je le suis néanmoins beaucoup plus quant à la systémisation de cette nouvelle mode « kick-start» telle que rendue sur une grande majorité des vidéos proposées et je remets en question sans hésiter la mise en scène filmée de ce qui s’y passe. J’assimilerai presque volontiers à une certaine téléréalité dont la réalité même est trop belle pour être vraie. Encore une fois, ce n’est pas le mouvement que j’attaque mais seulement l’usage des vidéos.

Aalborg : Des jeunes étudient leur Bible dans la salle principale du Jesus Hotel (photo : Gilles Bouvier)

Revenons un peu sur le concept – pour ne pas dire la marque déposée – de kick-start. Par kick-start il faut entendre la pratique de former un disciple prêt à servir. La personne « kick-startée » reçoit un enseignement puissant de la Parole ainsi que le Saint-Esprit, si ce n’est déjà fait. On équipe ensuite la personne d’une panoplie de procédés communicationnels pour en faire un disciple en devenir. Une fois ces procédés acquis et répété, la personne est envoyée avec d’autres en petits groupes dans les rues pour guérir, délivrer et évangéliser. Et kick-starter d’autres personnes à son tour. Premier hic : que faire si ça ne marche pas comme sur les vidéos ? Outre la crédibilité du mouvement qui en prend un coup,  c’est le disciple fraichement kick-starté qui va en venir à douter, pour ne pas dire plus. Sans compter le public dudit disciple qui, en demande de guérison, va devoir repartir dans le même état. Quel témoignage donner à ce moment-là ? On pourrait bien sûr se poser la question du Saint-Esprit agissant. Rien ne résiste au Saint-Esprit et au nom du Seigneur Jésus. Le tout est de l’avoir reçu bel et bien et d’en avoir l’absolue certitude. D’un autre côté, « pourchasser » le pécheur dans les rues quel que soit le contexte n’est pas un don à la portée de tout le monde. C’est là que je reviens sur la systémisation, pourtant à l’opposée de ce que dit Torben. Le mouvement a mis au point une recette miracle – c’est le cas de le dire – qui consiste à créer uniformément des parfaits petits disciples à la chaîne avec les mêmes attributs sans tenir compte que chacun est différent et qu’il peut y avoir une variété de dons et un foisonnement d’aptitudes spirituelles. En clair, tout le monde n’est pas forcément appelé à aller dans les rues, de même que tout le monde n’est pas forcé – malheureusement – à parler en langue dès le baptême du Saint-Esprit. J’en veux pour exemple la femme de Torben elle-même qui est plus dévouée à un ministère « de maison » qu’au kick-start en série. Le kick-starté lambda soutient presque une pression de suivre un modèle coûte que coûte et se force à faire semblant pour ne pas décevoir ses formateurs – et pour peut-être ne pas se décevoir soi-même. Rien d’étonnant qu’au final un jeune kick-starté, pourtant sincère, va se retrouver dans la situation complexe où il est confronté à une personne gravement malade (de la maladie de parkinson par exemple) et va finir complètement désarmé suite aux prières infructueuses et impositions des mains inefficaces.

Ces jeunes frères et sœurs dans la foi, une fois leur « formation[3] » terminée doivent se séparer de la communion dans laquelle ils ont vécu leur expérience de disciple de Christ pour s’en retourner chez eux, pleins de ferveur. Le souci – deuxième hic – c’est qu’une fois chez eux, les kick-startés sont livrés à eux-mêmes et n’ont plus personne à qui se rattacher. Quid de la communion fraternelle ? Comment discerner le bon du mauvais quand on est un jeune croyant ? Où trouver des personnes qui croient et mettent en pratique texto les mêmes enseignements reçus à la Dernière Réforme ? Il existe bien sûr une carte du monde sur laquelle se signalent les disciples confirmés (et non confirmés) disponible sur le site officiel de la Dernière Réforme[4]. Cette carte est une très bonne aubaine pour les personnes avides de contacts dans leur zone. Mais elle comporte aussi de nombreux risques. La carte peut ne pas être à jour ou peut être inexacte ; des contacts peuvent donc apparaître mais les coordonnées ne sont pas ou plus valides. Autre problème récurrent ; certains vont utiliser la carte pour leur propres fins sans aucune relation avec La Dernière Réforme voire même sans aucun lien avec le christianisme. Attention danger imposteurs ! Et qu’en est-il des personnes isolées qui ont le malheur d’habiter dans des zones reculées ? Le recours aux transports est inévitable. Mais comment maintenir un contact régulier, grandir et se fortifier ensemble dans ce cas ? Bon nombre de kick-startés récemment de retour chez eux se plaignent du manque de contact, de communion etc. Trouver une église à proximité est un autre risque à courir quand on connait l’état des églises actuelles. Et retourner aux séminaires de kick-start est une option qui finit par être coûteuse et artificielle.

Je terminerai cette note par un ressenti personnel sur histoire proche. La Dernière Réforme utilise la guérison physique comme « porte d’entrée » à l’évangélisation. Cette guérison commence avec ceux qui viennent assister aux séminaires de kick-start sur place. Dans le but de faire des exemples, de permettre aux kick-startés de s’exercer et aux autres gens de constater, certaines personnes malades en tout genre peuvent demander à se faire guérir. Que ce soit un rhume, un mal de dos, ou même un cancer et la parkinson, selon qu’il est dit en Marc 16 « ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris » sans distinction. Trois fois (au moins) deux de mes proches ont reçu des prières avec imposition des mains, parler en langue etc. Trois fois le résultat fut négatif. Et par trois fois la culpabilité vient s’ajouter à la malade toujours présente. Culpabilité de ne pas avoir assez de foi, de ne pas être digne de guérison, d’avoir une maladie trop grave ou trop avancée, de ne pas être capable de satisfaire la prière du ou des disciples venus au chevet de la personne en demande. A la culpabilité s’ajoute la tristesse et la déception de devoir rentrer chez soi toujours malade, sans mieux, malgré toutes les belles promesses de guérison pourtant encourageantes et si réelles sur les vidéos. Comment aller dans les rues kick-starter quand vous êtes vous-même encore malade ? Jésus ne guérissait-il pas TOUS les malades qu’il rencontrait ? Le Saint-Esprit aurait-il changé au cours des siècles ? Autant de questions auxquelles nous voudrions pourtant répondre positivement.

La Dernière Réforme, qu’en pensez-vous ?

[1] http://www.ladernierereforme.fr/presentation/last-reformation/

[2] https://www.youtube.com/watch?v=m1est65LcdI et https://thelastreformation.com/. Voir notamment la chaine YouTube officielle de The Last Reformation https://www.youtube.com/channel/UCJXcYb9zYJ8_QA3Bcg5Fe2g

[3] Weekends de kick-start ou PTS (Pioneer Training School) de trois semaines intensives. https://thelastreformation.com/events/

[4] https://map.thelastreformation.com/

Et vous, qu'en pensez-vous ?