Le samedi 27 janvier, Journée internationale de commémoration de l’Holocauste, a été l’occasion pour l’Organisation Sioniste Mondiale de rendre publique une récente étude. L’antisémitisme, pouvait-on y lire, serait nettement plus marqué en Europe qu’en Amérique du Nord. 51% des personnes interrogées en Europe estiment que le fait de porter des signes religieux Juifs les met en danger. En Amérique du Nord, ce chiffre très nettement inférieur, tombe à 22%. Ce qui demeure préoccupant dans un pays où 1 survivant de l’Holocauste sur 3 vit sous le seuil de pauvreté.

Lors d’une conférence donnée à l’Université de Georgetown (USA), des experts en antisémitisme ont estimé que la menace était plus grande en Europe qu’aux États-Unis. L’Américain moyen serait plus susceptible que l’Européen de défendre un Juif. Certaines villes américaines comptant de petites communautés Juives en butte à un antisémitisme croissant y ont été citées en exemple. On a pu constater en 2017 que des cimetières Juifs vandalisés avaient été réparés grâce à des collectes d’argent effectuées par des Musulmans.

Pour les participants à ces conférences universitaires, le défi consistait à transmettre ce message à l’Europe. L’opinion publique, largement influencée par les réseaux sociaux qui distillent la haine, hésite à y collaborer avec les autorités. C’est uniquement la contrainte légale, estiment les experts, qui oblige les grands médias sociaux à modérer les discours extrémistes. D’autres minorités, tels que les Musulmans et les Roms, font également face à une montée de la haine et de la violence et estiment que les préjugés anti-juifs ne devraient pas être traités séparément des autres.

A l’occasion de la Journée mondiale du souvenir de l’Holocauste, des survivants se sont rassemblés samedi dans l’ancien camp de concentration d’Auschwitz. Par leurs discours, des dirigeants politiques ont averti que le génocide nazi devait continuer à servir d’avertissement. Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a rendu hommage en Pologne, sur fond de tension entre autorités israéliennes et polonaises, aux Juifs morts en se révoltant contre les forces allemandes lors de l’insurrection du ghetto de Varsovie en 1943.

Et vous, qu'en pensez-vous ?